05 décembre 2013

Dépassement de terme ou quand bébé se fait désirer...

Hello girlz,

Me revoici ^^ si vous me suivez sur hellocoton, vous le savez déjà ma petite babygirl s'est enfin décidée à pointer le bout de son nez après un squat prolongé d'une semaine dans mon bidou. Je profite donc que ma petite puce fait dodo pour vous raconter son arrivée et ces derniers jours d'attente interminableeeee (si si). 

Le jour du terme je me suis donc rendue à la maternité pour un petit contrôle : babygirl va bien, elle a encore assez de liquide et mon col est ouvert à 2, son arrivée s'annoncerait  imminente (dixit la sage-femme) et on me donne un rendez-vous 3 jours plus tard (sauf si j'ai accouché d'ici là...) pour un nouveau check up.

waiting-for-you

Je passe le week end à espérer que ma puce arrive, j'enchaîne les promenades à rallonge (et en fin de grossesse, la démarche de baleine est de mise), le ménage : mais non chéri je n'ai pas déjà tout récuré hier..., bref j'essaie de me bouger au maximum (enfin vu mon gabarit tout cela reste très relatif xd) pour faire venir naturellement le travail. Je commence à sérieusement envisager le déclenchement qui me fait peur : je m'imagine passer des heures sans que le travail ne se déclenche et finir en césarienne... Et comme toutes les femmes enceintes, depuis des mois je rêve de mon accouchement : perdre les eaux, devoir me rendre à la maternité, sentir enfin les contractions qui signifieront que l'arrivée de ma fille est imminente,... 

Le déclenchement met fin pour moi à cet accouchement naturel auquel je rêvais, moi qui ai eu une grossesse de rêve, la finir accrochée à une machine pour faire sortir ma fille m'attriste. La surdose d'hormones n'aide pas, je pleure rien que d'y penser : j'ai l'impression d'obliger ma fille à "sortir de là" alors qu'elle n'est pas encore prête. Les coups de fils des proches n'aident pas : tous s'impatientent de son arrivée (et moi alors vous croyez que je ne suis pas impatiente...)

Retour à la maternité le lundi : tout est ok mais le liquide amiotique est tout juste limite, si je n'ai pas accouché d'ici vendredi il faudra déclencher.  Mon col quant à lui n'a toujours pas bougé : nouveau coup dur. Je n'y crois plus trop mais je me raccroche à ces derniers jours et espère fort (très fort) que ma fille viendra d'elle même.

Le jeudi soir, direction la maternité.  Babygirl n'a pas manifesté son envie de nous rejoindre et je n'ai d'ailleurs ressenti quasiment aucune contraction ces derniers jours : c'est le calme plat . J'arrive dans ma chambre où j'y passerais la nuit, le déclenchement est prévu pour le lendemain matin vers 9h. 

baby-clock

On m'installe avec celle qui sera ma voisine pendant les 4 prochains jours que je passerais à la maternité. Elle a accouché le matin même d'une césarienne d'urgence car sa puce ne supportait plus les contractions (elle avait percé la poche des eaux et avait été mise sous perfusion pour provoquer des contractions). Elle me fait peine à voir, à ne pas pouvoir se lever, perfusée de partout, la sonde urinaire pendant sur le côté du lit (ah oui il faut mieux oublier le glamour quand on parle accouchement & co). Le soir nous discutons, elle me parle de son accouchement, de cette césarienne d'urgence qu'elle a très mal vécu : j'espère très fort pouvoir échapper à cela.

Une sage femme vient m'examiner : mon col en est toujours au même point, des contractions ? (heu c'est quoi ça ^^), elle me dit qu'il ne manque vraiment pas grand chose pour que le travail se délenche et qu'en obstétrique tout est toujours possible. Je souris, je n'y crois plus et j'essaie de me résigner même si les larmes coulent malgré moi, mon mari doit repartir, je me sens si seule, j'ai chaud (mais pourquoi ils chauffent autant dans les maternités O-O) : je m'apprête à passer la nuit la plus longue de ma vie (si seulement je savais...). Le monito confirme mon ressenti : rien ne se passe.  La sage-femme m'indique tout de même que si jamais j'ai des contractions régulières toutes les 10 min je n'hésite pas à la bipper (mais oui on peut toujours rêver).

Elle quitte la chambre, j'essayerais de me reposer (entre les pleurs du bébé de la voisine et cette angoisse je n'y arriverais pas). Il est 3 heures et je viens de ressentir ma première vraie contraction.

To be continued...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Posté par frootloops à 18:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    La suite, la suite ;D Comme tu étais sur place pour les premières contractions, tu n'as pas dû à subir le trajet en voiture ^^

    Posté par Madame Hérisson, 05 décembre 2013 à 19:15
  • Hâte de lire la suite^^ Tu racontes bien en tout cas!
    Des bisous <3<3

    Posté par MamselleCat, 05 décembre 2013 à 22:08

Poster un commentaire